Présentation

Cette journée d’étude a voulu proposer une réflexion sur la complexité de l’histoire soudanaise, de l’émergence d’une entité politique unifiée au temps de la domination ottomano-égyptienne (1820-1881) jusqu’à la sécession du Sud-Soudan en 2011.

Le Soudan est décrit dans les média et dans les rapports des organisations humanitaires comme le pays des dichotomies : sud contre nord, arabes contre africains, musulmans contre chrétiens. Mais cette vision est profondément trompeuse. En effet, ce pays, qui, avant l’indépendance toute récente du Sud, était le plus grand pays d’Afrique, comptant des dizaines de langues et des centaines de dialectes et une immense hétérogénéité dans sa géographie humaine, est plutôt le pays de la complexité.

Cette journée a exploré cette complexité de deux points de vue principaux : celle de ses interactions avec l’extérieur, et celle de ses mécanismes identitaires.

Fichier audio de l’ouverture de la journée

Continuer la lecture de Présentation

Keynote Speech: Heather J. Sharkey – Studying the Two Sudans: Where Do We Go From Here?

Studying the Two Sudans: Where Do We Go From Here?

Heather Sharkey

Department of Near Eastern Languages & Civilizations, University of Pennsylvania (Philadelphia), hsharkey@sas.upenn.edu

AFP PHOTO/ALBERT GONZALEZ

In 2011 the southern third of the Republic of Sudan seceded to form the Republic of South Sudan, adding further complexity to one of the most complicated social and political geographies in the world. Historians, anthropologists, linguists, and others must now grapple with the challenges that this new bi-national situation presents.

Continuer la lecture de Keynote Speech: Heather J. Sharkey – Studying the Two Sudans: Where Do We Go From Here?

Fire and Sword in the Sudan – Pierre Liguori

Pierre Liguori

Historien, Ehess-Iremam

pierre.liguori@ehess.fr

Wingate et Mahmoud Ahmed

Succédant au « Soudan anglo-égyptien », la République du Soudan fut proclamée en 1956 sur un territoire constitué de vastes régions de l’Afrique. C’est au cours du XIX° siècle que celles-ci avaient été rassemblées, par des conquêtes étatiques et privées, dans un empire régi par le vice-roi de l’Egypte ottomane, Méhémet Ali (1820-1849) et ses descendants, en particulier le Khédive Isma’il (1863-1879). Continuer la lecture de Fire and Sword in the Sudan – Pierre Liguori

Les visées égyptiennes sur la haute vallée du Nil – Anne Claire de Gayffier-Bonneville

Les visées égyptiennes sur la haute vallée du Nil 1898-1956

Anne-Claire de Gayffier-Bonneville historienne, Hautes Etudes Internationales – INALCO

pac.bonneville@vo.lu

Flag_of_Egypt_(1922–1958).svg

En 1898, les Egyptiens, placés sous le commandement du général anglais Kitchener, procèdent à la reconquête du Soudan, abandonné en 1885 aux forces mahdistes. Un statut particulier, propre au seul Soudan, est immédiatement inventé, celui de Condominium anglo-égyptien. Dans cette construction que les circonstances internationales ont imposé de créer, les Egyptiens ne sont plus seuls à gérer le Soudan ; bien plus sont-ils consignés dans des rôles subalternes en attendant leur quasi-éviction dès que la Grande-Bretagne peut se le permettre.

En dépit du rôle très limité qui leur est concédé, les Egyptiens n’ont, toutefois, de cesse, à partir du règne d’Abbas Hilmi et durant toute la période de la monarchie égyptienne, d’affirmer l’unité de la vallée du Nil sous la couronne égyptienne et d’en réclamer la reconnaissance par les Britanniques, et même par la communauté internationale lors de la saisine du Conseil de Sécurité des Nations Unies en 1947.  La fin de la monarchie égyptienne en 1952 ouvre incontestablement une nouvelle période dans l’histoire du Condominium. L’irruption des Officiers libres sur la scène égyptienne ne vient pas seulement bouleverser la vie politique de l’Egypte mais également le discours, les perspectives et l’implication des Egyptiens dans la vie du Soudan.

Lien au fichier audio

Bridging the Gap between the Psychiatric Sector and the Social Sciences – Azza Ahmed Abd al-Aziz

Bridging the Gap between the Psychiatric Sector and the Social Sciences: The Position of Internal Displacement within the Debate

Azza A.A. Aziz

anthropologue, SOAS, Londres

dimensions122000@yahoo.com

Khartoum Teaching Hospital_001

This paper is based on my experience conducting research in Khartoum North Hospital for Nervous Disorders and within diverse communities of Internally Displaced Persons in Khartoum. It strives to highlight some queries about the nature of healing and how it forges an understanding of the relationships of people from different backgrounds living in Khartoum. The paper will explore the role of medical practice in general and psychiatric care in particular in the generation of understandings of suffering and ill-health. It also clarifies how they impact on the lives of patients and how this casts a special focus on aspects of the situation of internally displaced people from Southern Sudan.

Continuer la lecture de Bridging the Gap between the Psychiatric Sector and the Social Sciences – Azza Ahmed Abd al-Aziz

Retour sur les catégorisations ethno-linguistiques au Soudan – Catherine Miller

Retour sur les catégorisations ethno-linguistiques au Soudan : entre construction allogène, appropriation autochtone et perpétuels réajustements.

Catherine Miller

Linguiste, IREMAM-CNRS, Université d’Aix-Marseille

millercatherine51@gmail.com

 

Je voudrais profiter de cette journée pour réfléchir sur la question des catégorisations ethno-linguistiques au Soudan, leur origine, leur évolution, leur effectivité dans la pratique quotidienne, une question déjà discutée par J. Starkey (2008). Ces catégories me semblent être particulièrement exemplaires pour étudier différents niveaux d’interaction : entre pouvoir étatique et population locale, entre experts et citoyens, entres groupes d’une même région, entre membres d’un même groupe. Les critères qui ont prévalu à l’établissement de ces catégories sont bien connus et ont donné lieu à de multiples réajustements et critiques.

Continuer la lecture de Retour sur les catégorisations ethno-linguistiques au Soudan – Catherine Miller

De l’altérité et invisibilité des groupes pastoraux au Soudan – Barbara Casciarri

De l’altérité et invisibilité des groupes pastoraux au Soudan.

Barbara Casciarri

MCF en anthropologie, Université Paris 8, LAVUE

barbara.casciarri@gmail.com

de Barbara Casciarri

Au Soudan, pays où les groupes pastoraux ont constitué historiquement une composante significative qui a gardé un rôle important jusqu’à nos jours malgré des processus de transformation profonds, un imaginaire répandu établit une dichotomie nette entre les sédentaires et les pasteurs nomades. Stigmatisés par une série de connotations négatives (irrationalité écologique, inefficacité productive, conservatisme socio-culturel, archaïsme des formes politiques), ces derniers font figure d’archétype de l’altérité dans un discours dominant marqué par une certaine continuité entre l’époque coloniale et post-coloniale et partagé par un ensemble d’acteurs assez varié.

Continuer la lecture de De l’altérité et invisibilité des groupes pastoraux au Soudan – Barbara Casciarri

Les élites politiques soudanaises et les gestionnaires internationaux des conflits armés soudanais – David Ambrosetti

Les élites politiques soudanaises et les gestionnaires internationaux des conflits armés soudanais : confrontation, négociation, extraversion

David Ambrosetti

politiste, chargé de recherche au CNRS, Institut des Sciences sociales du Politique

dambrosetti@u-paris10.fr

Cette communication présentera un travail en cours concernant les relations d’extraversion et de patronage (J.-F. Bayart, Ch. Clapham) que les élites politiques riveraines au pouvoir à Khartoum (le « Riverine Arab-Muslim Power Bloc », A. el-Battahani) ont su nouer à l’international pour assurer leur survie politique et réduire les coûts des ralliements dans ce marchandage politique permanent (souvent violent) entre élites du centre et groupes périphériques (A. de Waal). Après un rapide panorama de quelques sources d’extraversion à nos yeux intéressantes depuis 1956, l’accent sera porté sur la période récente (depuis la fin des années 1990).

Continuer la lecture de Les élites politiques soudanaises et les gestionnaires internationaux des conflits armés soudanais – David Ambrosetti

La dualité multiple du Soudan anglo-égyptien – Iris Seri-Hersch

La dualité multiple du Soudan anglo-égyptien et ses répercussions sur l’histoire scolaire de fin d’Empire (1945-1958)

Iris Seri-Hersch

Historienne, postdoctorante, Aix-Marseille Université / CNRS-IREMAM

iris_hersch@yahoo.ca

CurriculumReform_Griffiths1953

S’attachant à transcender la dichotomie colonisateur/colonisé, cette communication portera sur l’histoire en tant que discipline scolaire pensée et pratiquée au Soudan après la Seconde Guerre mondiale. Il s’agira de montrer comment un ensemble de facteurs administratifs, politiques, idéologiques, culturels et éducatifs, regroupés sous le nom de « dualité multiple », contribuèrent à façonner les récits historiques destinés aux écoles publiques soudanaises.

Continuer la lecture de La dualité multiple du Soudan anglo-égyptien – Iris Seri-Hersch

1924, les mémoires d’une révolte anticoloniale – Elena Vezzadini

« 1924 et ses métaphores: histoire d’une fracture sociale et ses réverbérations dans les mémoires d’une révolte anticoloniale »

Elena Vezzadini

Université de Bergen/CEMAf

elenavezz@gmail.com

Taken by Dr. Noah Salomon, February 26, 2007

Cette contribution cherchera à dessiner une géographie de la mémoire de 1924 dans le Soudan colonial. Le point de départ de cette réflexion est l’observation d’un paradoxe apparent qui caractérise la mémoire de la révolution : d’un coté, cette révolte est un des épisodes les mieux documentés de l’histoire coloniale soudanaise, non seulement par des sources coloniales, mais aussi par de riches sources locales, orales et écrites. D’autre coté, cet épisode n’est pas entré dans la mémoire collective de la même manière que d’autres épisodes de l’histoire moderne du Soudan. Continuer la lecture de 1924, les mémoires d’une révolte anticoloniale – Elena Vezzadini