Fire and Sword in the Sudan – Pierre Liguori

Pierre Liguori

Historien, Ehess-Iremam

pierre.liguori@ehess.fr

Wingate et Mahmoud Ahmed

Succédant au « Soudan anglo-égyptien », la République du Soudan fut proclamée en 1956 sur un territoire constitué de vastes régions de l’Afrique. C’est au cours du XIX° siècle que celles-ci avaient été rassemblées, par des conquêtes étatiques et privées, dans un empire régi par le vice-roi de l’Egypte ottomane, Méhémet Ali (1820-1849) et ses descendants, en particulier le Khédive Isma’il (1863-1879). Ces conquêtes, qu’il s’agisse de celles des Turco-égyptiens ou des marchands d’ivoire avaient pour but l’appropriation de ressources réelles ou supposées. A partir de 1869, l’impérialisme khédivial tirant habilement parti des polémiques anglaises sur la traite esclavagiste qui dévastait le Haut Nil Blanc, entreprit, sous la direction de mercenaires européens, d’arracher leurs territoires aux marchands. Or ceux-ci étaient alors avant tout des Nubiens, chassés de leurs terres par la colonisation turco-égyptienne ; ils étaient bien armés, aguerris par des combats permanents, ils avaient des troupes d’esclaves soldats bien entraînées, et des alliés dans les pouvoirs locaux : ce fut donc une guerre continuelle, sous des formes diverses, selon les régions, qui aboutit même à l’invasion du sultanat du Darfour par le leader du Bahr el-Ghazal, Zubayr en 1874. Celui qui fut le roi incontesté de la traite des esclaves, le Tippo Tip soudanais, avait contraint les Turco-égyptiens à le reconnaître comme Pasha, avant de se faire capturer et mettre en résidence surveillée au Caire. Mais ces obstacles aux aventures militaires du Khédive furent, sur le moment, des problèmes limités et surmontables, comparés aux désastres que fit subir aux armées turco-égyptienne les Abyssiniens qui défendaient leur pays, comme ils firent à la fin du siècle à leurs successeurs italiens.
Cet impérialisme contrarié en Afrique centrale et orientale, ajouté à des projets de modernisation en Egypte dispendieux, le tout financé par les crédits faramineux et usuraires des banquiers européens, mena l’empire turco-égyptien à une chute fulgurante : renvoi du Khédive Isma’il par le sultan ottoman à la demande des gouvernements européens, faillite de l’Egypte, crise politique et sociale, occupation britannique en Egypte (1882), et Révolution mahdiste au Soudan (1881-1885). Il résulta de ces événements la séparation de l’empire du Khédive en deux pouvoirs en guerre permanente, anglo-égyptien et mahdiste, de 1885 à 1898, jusqu’au renversement du premier état soudanais indépendant par l’armée du sirdar Kitchener avec la « reconquête du Soudan » (1896-1899).
Comme nous y avons déjà fait allusion, tout au long de l’histoire de l’empire soudanais de l’Egypte ottomane, de sa fondation en 1820 à sa chute en 1885, des Européens aventureux voyagèrent et séjournèrent dans ces vastes territoires, au service du gouvernement turco-égyptien, de leur propre gouvernement ou pour leurs buts personnels. Ainsi, de l’apogée du Soudan égyptien en 1875-76 à l’état mahdiste du Soudan, en 1885-1895, un des plus importants de ces Européens expatriés fut l’Autrichien Rudolf Slatin (1856-1932).
Or, durant la captivité de Slatin à Omdurman, un officier britannique polyglotte, Reginald Wingate (1861-1953) dirigeait les renseignements militaires anglo-égyptiens. Ceux-ci avaient pout tâche de recueillir des informations sur la situation dans l’état mahdiste, à surveiller les manœuvres du « Scramble for Africa » à la périphérie du Soudan, et à faire évader les quelques Européens survivants, en résidence surveillée dans la capitale du Khalifa Abdallahi, successeur du Mahdi, Omdurman. A partir des rapports où étaient rédigées ces informations en fonction des intentions des responsables anglo-égyptiens vis-à-vis du gouvernement de Sa Majesté et du « War Office », Wingate mit aussi en œuvre une histoire du Mahdisme au « Soudan égyptien », à travers trois livres successifs, dont le dernier était Fire and Sword in the Sudan (1896), les mémoires de Slatin, écrits après sa fuite spectaculaire d’Omdurman (février 1895).

Ce livre, très grand succès de librairie en Grande Bretagne (et dans les pays de langue allemande sous le titre de Feuer und Schwert im Sudan), est le chef d’œuvre de ce que l’historiographie anglo-saxone a appelé « la littérature de Wingate ». Il est connu des spécialistes du Soudan comme livre sur le Mahdisme et de « War Propaganda » (selon l’expression de l’historien P.M. Holt dans ses écrits pionniers des années 1950), publié afin de convaincre les autorités et le public britanniques de la nécessité d’une « reconquête du Soudan » par l’armée anglo-égyptienne, en peignant le Khalifa et l’état mahdiste sous les couleurs les plus noires, aux antipodes de la « civilisation », c’est-à-dire l’influence et la domination européennes.
Mais il présente aussi un tableau substantiel de l’apogée et de la fin du « Soudan égyptien», autre cible des impérialistes britanniques, en même temps que des origines et des causes de la Révolution mahdiste et de son triomphe. Ce tableau se déploie dans les trois premiers chapitres du livre, où s’entremêlent le personal narrative de Slatin et des récits présentés comme historiques, donc à la troisième personne, transmis aux lecteurs par la voix d’un narrateur, conteur et commentateur-analyste. Les deux formes de récits comportent des descriptions foisonnantes des lieux et des scènes, à la manière de la littérature de voyage, et y mettent en scène des personnages hauts en couleurs, aux comportements souvent déterminés par leur appartenance tribale, selon la représentation qui est donnée des groupes en questions. Ainsi, cet ouvrage, où un imaginaire flamboyant s’associe aux histoires d’un aventurier autrichien au Soudan et d’un officier britannique en Egypte, est en même temps la construction orientaliste de l’histoire d’un pays en train de naître, dans le fracas des soulèvements et des conquêtes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *