Argumentaire

Les études sur le Soudan en France ont été peu développées par rapport à celles sur d’autres pays d’Afrique et du monde arabe, en raison du  partage colonial entre la France et la Grande Bretagne (1898-1900). Celui-ci a divisé le « Soudan » géographique en « Soudan anglais » (ou « anglo-égyptien ») à l’est et « Soudan français » à l’ouest.  Les savoirs coloniaux sur le Soudan actuel ont ainsi été développés par des administrateurs coloniaux britanniques, suivis par des figures aussi prestigieuses que l’ethnologue Sir E. E. Evans-Pritchard (1902-1973) ou l’historien P.M. Holt (1918-2006).

De nos jours, la recherche sur le Soudan a pour principaux centres les Universités de Bergen et de Durham, avec la participation d’historiens soudanais, en particulier Yussuf Fadl Hassan, le regretté Muhammad Ibrahim Abu Salim (1930-2004), ou bien Ali Salih Karrar.

Quant à l’université française, elle a aussi des spécialistes de grande valeur, comme Christian Delmet, Nicole Grandin, Catherine Miller, Gérard Prunier, Roland Marchal, Marc Lavergne, et beaucoup d’autres. Mais à chaque génération il y a toujours très peu de chercheurs qui se spécialisent sur le Soudan (mis à part bien sûr des archéologues), que ce soit dans le domaine arabe, islamique, ou africain.

Or, la richesse des cultures au Soudan et de son histoire, au carrefour de l’Afrique orientale, centrale et du moyen orient, offre de nombreux sujets de recherche, dans  tous les domaines des sciences humaines : l’islamologie, l’anthropologie, l’étude des religions africaines, l’histoire de l’Afrique et celle du monde arabe, la linguistique arabe et africaine, la géographie, l’économie, la musicologie.

La venue de Mme Heather Sharkey à Paris (professeur associé de l’Université de Pennsylvania et spécialiste de l’histoire soudanaise), grâce à l’invitation de l’IISMM, nous donne l’occasion de réunir autour d’elle à Paris des chercheurs en histoire, en anthropologie, en linguistique, ainsi que dans les études sur l’orientalisme, et sur les impérialismes (occidentaux et orientaux), avec l’espoir de donner un élan et une visibilité aux études soudanaises en France.

Cette journée d’étude, bien qu’étant ouverte à des problématiques et des domaines variés, voudrait proposer une réflexion sur la complexité de l’histoire soudanaise, de l’émergence d’une entité politique unifiée au temps de la domination ottomano-égyptienne (1820-1881) jusqu’à la sécession du Sud-Soudan en 2011.

En effet, le Soudan est décrit constamment dans les média et dans les rapports des organisations humanitaires comme le pays des dichotomies : sud contre nord, arabes contre africains, musulmans contre chrétiens.

Mais cette vision est profondément trompeuse. Le Soudan, qui, avant l’indépendance toute récente du Sud, était le plus grand pays d’Afrique, comptant plus de 70 langues et des centaines de dialectes et une immense hétérogénéité dans sa géographie humaine, est plutôt le pays de la complexité. Cette journée va explorer cette complexité de deux points de vue principaux : celle de ses interactions avec l’extérieur, et celle de ses mécanismes identitaires.

En effet, dans l’histoire du Soudan, un premier élément de complexité vient de sa relation avec l’extérieur : ses voisins africains et arabes,  certains pays européens,  les Etats-Unis et la Chine. Il suffit de penser à l’impact des puissances coloniales que furent  l’Égypte ottomane puis la Grande Bretagne impériale dans la formation du pays. Il s’agit donc de voir comment des conquérants ottomans, des Européens à leur service, des missionnaires, des explorateurs, des trafiquants d’ivoire  et d’esclaves au dix-neuvième siècle, des administrateurs coloniaux britanniques, civils et militaires, au vingtième siècle, et enfin des membres d’organisations humanitaires au vingt-et-unième, ont contribué à façonner le développement historique du pays, et comment leur projets se sont confrontés aux réalités locales.

Le deuxième élément de complexité vient de la grande hétérogénéité culturelle et ethnique du Soudan.  Et dans cette complexité, on ne peut pas oublier le rôle de l’État. En effet, historiquement, l’État au Soudan, sous toutes les formes qu’il a pris,  a toujours eu une difficulté chronique à faire face à la diversité de ses habitants.

Un des thèmes de cette journée sera donc de réfléchir  comment les Soudanais provenant des périphéries marginalisées (Darfur, Sud Soudan, Monts Nuba, Soudan de l’Est, Nubie) ont été construits historiquement comme les « Autres », à travers des époques différentes, de la domination turco-égyptienne, à la Mahdia, à la colonisation anglo-égyptienne et ensuite aux politiques d’état après l’indépendance ; comment cette altérité a changé à travers les époques, et dans quels projets politiques, idéologiques ou sociaux elle s’est inscrite.

Cependant, au-delà de ce clivage idéologique entre un Nord perçu comme dominant et des périphéries représentées comme dominées et victimes, le terrain montre une réalité bien plus complexe.

Les catégories « dominant » et « dominé » appliquées au Nord et Sud apparaissent comme très simplificatrices et non descriptives des relations entre groupes sociaux. Par exemple, des groupes définis comme « arabes » peuvent faire l’expérience d’une marginalisation extrême au sein de l’État nord-soudanais, tandis qu’au Sud, la guerre civile a longtemps laissé dans l’ombre des conflits entre groupes ethniques dont les clivages se sont de plus en plus politisés pendant la guerre. Un autre thème de cette journée est donc d’explorer la complexité des interactions entre groupes sociaux et ethniques à la lumière des politiques identitaire de l’état (du Nord ou du Sud), du point de vue historique, anthropologique, linguistique et politique.

En conclusion, nous espérons que cette journée va contribuer à rendre beaucoup plus composée et nuancée la compréhension du Soudan, tant dans ses multiples trajectoires historiques que dans l’analyse du présent.

Elena Vezzadini

Pierre Liguori

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *