Retour sur les catégorisations ethno-linguistiques au Soudan – Catherine Miller

Retour sur les catégorisations ethno-linguistiques au Soudan : entre construction allogène, appropriation autochtone et perpétuels réajustements.

Catherine Miller

Linguiste, IREMAM-CNRS, Université d’Aix-Marseille

millercatherine51@gmail.com

 

Je voudrais profiter de cette journée pour réfléchir sur la question des catégorisations ethno-linguistiques au Soudan, leur origine, leur évolution, leur effectivité dans la pratique quotidienne, une question déjà discutée par J. Starkey (2008). Ces catégories me semblent être particulièrement exemplaires pour étudier différents niveaux d’interaction : entre pouvoir étatique et population locale, entre experts et citoyens, entres groupes d’une même région, entre membres d’un même groupe. Les critères qui ont prévalu à l’établissement de ces catégories sont bien connus et ont donné lieu à de multiples réajustements et critiques.

Ces catégories étant elles-mêmes appréhendées comme des « inventions coloniales » nécessitant d’être déconstruites (Makoni & Pennycook 2005). Mais ces catégories  « inventées » apparaissent comme particulièrement résilientes. Elles semblent toujours fonctionner comme mode privilégié d’affiliation identitaire assigné et revendiqué quels que soient les types de régimes politiques qui ont prévalu au Soudan et elles sont de plus en plus mobilisées. La reconnaissance officielle des langues « vernaculaires » comme langues nationales depuis 2005 posent de nouveau enjeu. Comment concilier une approche en termes de « vitalité ethno-linguistique » (cf. théorie de l’ethnolinguistic vitality, faisant de la langue l’un des facteurs clefs de la vitalité « ethnique », toujours très vivace tant dans les milieux académiques que dans les mouvements militants) et des processus de recomposition identitaire et linguistique qui témoignent de la labilité du rapport langue et ethnicité ? Cette réflexion s’appuiera en partie sur l’analyse de travaux récents menés par de jeunes chercheurs sur des questions de revitalisation linguistique (Abdelhay et als 2011, Manfredi, sous presse)

Et ici aussi: https://www.canal-u.tv/video/ehess/deuxieme_session.12918
map_sudan_languages
Source: Dr. M. Isady, http://gulf2000.columbia.edu/maps.shtml

 

Références

Abdelhay, A., B. Makoni, S. Makoni, and A. R. H. Mugadam. 2011. The sociolinguistics of nationalism in the Sudan : the politicisation of Arabic and the Arabicisation of politics. Current Issues in Language Planning 12:457-501.

Garri, Dahawi Salih Ali. 2012. « Language, Culture and Identity in the context of conflict: The case of ethnolinguistic communities in Nyala, South Darfur State « , University of Khartoum, Khartoum.

Makoni, S., and A. Pennycook. 2005. Disinventingand (Re)constructing languages. Critical Inquiry in Language Studies 2:137-156.

Manfredi, S. forthcoming. « ‘One tribe, one language’. Ethno-linguistic identity and language revitalization in the Nuba Mountains, the case of the Logori. » Edited by B. Casciari, M. Assal, and F. Ireton: James Currey.

Sharkey, J. H. 2008. Arab identity and ideology in the Sudan: The politics of language, ethnicity and race. African Affairs 107:21–43.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *